Comment préparer votre PME à la disparition de l’EURO ?

Malgré les innombrables sommets européens  visant à sauver l’EURO, il y a peu de chances que l’EURO continue à exister sous sa forme actuelle.  Les différents scenarii possibles sont:

  • disparition pure et simple de l’EURO et retour pour tous à des monnaies nationales;
  • création de deux zones euros : zone EURO fort et zone EURO faible;
  • retour à une monnaie nationale pour tous les pays faibles et continuation de la zone EURO pour les plus forts;
  • retour à des monnaies nationales pour certains pays mais en parallèle à l’EURO.  Certaines transactions se feront alors en monnaie locale (entre autres tous les paiements publics) et d’autres se feront en EURO;

Quel que soit le scénario envisagé, tout dirigeant d’entreprise doit s’y préparer.  La meilleure façon est de prévoir les conséquences des scénarii repris ci-dessus sur votre entreprise.

Il ne faut pas douter qu’en cas de changement radical de l’EURO, la nouvelle sera une surprise qui ne laissera pas de temps aux entreprises pour se retourner.  De plus en plus de multinationales s’y préparent.  Les PME aussi doivent le faire.

Voici une série de questions à se poser :

  • De quels pays viennent vos marchandises, vos sous-traitants ?
  • Dans quels pays sont vos clients ?

L’objectif que vous devez poursuivre n’est pas de spéculer et donc d’augmenter vos gains en cas de disparition de l’EURO.  Votre objectif doit être de limiter vos pertes si le pire se produit.

Si vous achetez déjà vos marchandises ou des services dans une autre monnaie que l’EURO, couvrez-vous par des achats de devises à terme (vos achats à terme doivent refléter vos projections de besoin de devises).

Photo: €YPO - POLIS burning, 03 novembre 2011. quapan via Flickr CC License by

Si vous exportez (y compris en zone EURO), forcez vos clients à vous payer en EURO (ou une autre devise forte de remplacement) quel que soit le scénario.  Une autre possibilité est de déjà vendre dans une autre monnaie.  Rien ne vous interdit de facturer en USD, en GBP ou en CHF vos clients belges, français, espagnols, irlandais ou autres.

A cela se rajoute des questions qui n’ont pas encore de réponses :

  • Les crédits en EURO de votre entreprise devront-ils être remboursables en EUR même si la monnaie disparait de votre pays ?
  • Vos créances vous seront-elles payées en EURO ou dans une monnaie locale de substitution ?

Je suggère donc aux chefs d’entreprises d’inclure une clause envisageant la disparition de l’EURO dans les conditions générales de vente en prenant en référence une autre monnaie (dollar, franc suisse, livre, couronne,…) ou une commoditie (blé, pétrole, cuivre, etc.).  N’hésitez pas à demander à un juriste de l’aide pour écrire cet ajout.  Il ne faudra pas manquer de stipuler l’élément déclencheur de manière objective (sortie de la Grèce de l’EURO, transactions en EURO bloquées par les autorités, etc.), la monnaie de remplacement et à quel cours.

Ex : « En cas de sortie de la Belgique de la zone EURO ou en cas d’un retour à une monnaie nationale, le montant de cette facture devra être payé en dollar américain (USD) au cours de la date d’émission de cette facture ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>